Centre médical en Bolivie

 

 Appui au "Centre Medico San Maximiliano Kolbe", Montero en Bolivie.

 


Le Centre Medico "San Maximiliano Kolbe" est une institution privée, qui a été fondé en 1989 par les Missionnaires de l’Immaculée Kolbe pour faire face aux nécessités de base en matière de santé des personnes du quartier Virgen de Cotoca, ainsi que des quartiers voisins et des zones rurales de la région Nord.

 Le Centre fait l’objet d’un Projet quinquennal d’appui, cofinancé par l’Association Kolping et le Ministère luxembourgeois des Affaires Etrangères (Coopération). Grâce à ce projet, le Centre a pu se développer : les services se sont diversifiés et la qualité des prestations a augmenté.

 A présent, il est en mesure d’offrir les services suivants : médecine générale, pédiatrie, gynécologie, cardiologie, soins dentaires, analyses de laboratoire et physiothérapie.

 De nouveaux instruments - comme le cardiographe et d’importants appareils pour les analyses de laboratoire - permettent de faire des diagnostics précis. Les nouveaux équipements du cabinet dentaire et du cabinet de physiothérapie, rendent les soins plus efficaces. Plusieurs femmes ont retrouvé leurs sourires, grâce à la campagne de prothèses dentaires.

 

Le chômage est important, la pauvreté ne l’est pas moins et forcément les patients qui viennent au centre proviennent d’un milieu modeste et défavorisé à qui il manque souvent le minimum vital pour vivre et se soigner.

 Le système de la sécurité sociale n’existe pas en Bolivie : Si tu es malade, tu dois tout payer toi-même, de la seringue à la perfusion en passant par les médicaments, les honoraires des médecins, l’hospitalisation etc. Les patients qui n’ont pas les moyens de payer la visite médicale et médicaments nécessaires sont pris en charge par le centre.

 

Les maladies les plus fréquentes : infections intestinales, maladies cardiovasculaires, arthroses, fièvres typhoïdes, typhus, choléra, fièvre jaune, rougeole, infections respiratoires, maladies de la peau, calcules aux reins, tuberculose, tétanos, goitre, piqûre d’araignée, de scorpion, de tarentule, diabète, mal de chágas, dengue.


Témoignage de Docteur Jackmuth, médecin chirurgien de l'hôpital d'Ettelbruck, actuellement en retraite .

 

Docteur Roger Jackmuth a souvent profité de ses congés annuels pour se rendre à Montero - en tant que Médecin sans frontières -, pour opérer gratuitement les patients du Centre médical. Aujourd’hui, c’est en tant qu’ami qu’il vient visiter le Centre. Ses anciens patients le reconnaissent et l’entourent de marques de reconnaissance.

 Son témoignage :

"J´ai connu les Missionnaires en 1996, grâce à Frère Gérard. Je devais me rendre en Somalie pour remplacer un confrère chirurgien, mais notre équipe de MSF ayant été attaquée par des rebelles, nous avons dû nous replier temporairement sur Nairobi, centre logistique MSF pour l´Afrique orientale. Ayant seulement un mois de congé et ne pouvant pas attendre, j´ai contacté le Frère Gérard qui m´a parlé des Missionnaires. Nous avons immédiatement pris contact et, après accord, je suis parti pour Montero. J´y ai trouvé une très grande pauvreté. La Bolivie est le pays le plus pauvre d´Amérique du Sud.

A mon arrivée, les missionnaires avaient déjà préparé la liste des patients du Centre médical à opérer ainsi que leurs examens préopératoires. Le lendemain, je commençais les opérations à l´hôpital municipal de Montero.

Depuis, je suis retourné 8 fois à Montero. La pauvreté est telle qu´il m´est arrivé souvent, en arrivant le matin à l´hôpital, d´être sollicité par le personnel soignant ou par des membres de famille d´un malade, d´opérer des patients hospitalisés d´urgence la nuit, la veille ou le jour même, parce qu´ils ne pouvaient pas payer pour le traitement opératoire nécessaire. Les missionnaires, alors, prenaient en charge le traitement et l´hospitalisation tandis que j´assurais la partie chirurgicale et postopératoire.

 

Aujourd´hui, je constate avec satisfaction le développement remarquable qu´a eu le Centre médical ces dernières années, notamment grâce au Projet de soutien MAE-Kolping".