Appui au secteur élevage

Le projet est réalisé entre KOLPING Luxembourg asbl et KINYINGO-EFFORT asbl avec siège à Kolwezi en RDC, qui est au service des activités d’intérêt collectif par l’appui apporté aux initiatives de développement communautaire et le soutien des efforts de promotion intégrale de l’homme. Le partenariat entre les deux asbl a commencé en 2003.

 

Le projet est réalisé à Kanzenze, qui se trouve à 56 km de la ville de Kolwezi en République Démocratique du Congo.

 

Le choix de Kanzenze pour l’exécution de ce projet se justifie par sa situation géographique, démographique et suite à la problématique qui se pose quant à sa situation socio-économique, alimentaire, sanitaire et nutritionnelle. La proximité de la ville de Kolwezi est une opportunité pour un marché en plus à approvisionner de façon régulière. Ce qui est une garantie pour la pérennité du projet.

 

Le projet a pour cible les paysans de la zone de Kanzenze qui souffrent de pauvreté et qui ne savent pas comment assurer la sécurité alimentaire, les soins médicaux de leurs familles, ainsi que payer la scolarité de leurs enfants.

 

Dans le secteur rural de Kanzenze, la population vit essentiellement de l’agriculture, de l’élevage du petit bétail et de la pêche.  Ces activités, pratiquées de manière traditionnelle avec les moyens rudimentaires ne permettent pas à la majorité de la population – qui vit avec moins de 2$ américains par jour – d’arriver à une certaine autosuffisance alimentaire et économique.

 

L’élevage, particulièrement de chèvres, moutons et porcs est pratiqué à faible échelle. Généralement c’est l’élevage par famille pratiqué comme une activité complémentaire à l’agriculture, surtout comme un système d’épargne en l’absence du système bancaire qui ne couvre, à peine, que quelques milieux urbains. C’est-à-dire que pour résoudre un problème qui surgit, l’éleveur recourt à la vente, à l’hypothèque ou à la mise en gage de ses animaux.

 

La production nationale ne représente que 20% de la consommation du pays.  Le reste est importé.

 

L’appui aux éleveurs familiaux avec effet multiplicateur va contribuer à combler l’écart et le vide laissé par la faible production locale.

 

Le projet a pour cible les paysans de la zone de Kanzenze qui souffrent de pauvreté et qui ne savent pas comment assurer la sécurité alimentaire, les soins médicaux de leurs familles, ainsi que payer la scolarité de leurs enfants.

 

Les fermiers sont sélectionnés sur base des critères suivants :

 

             Accepter de signer une convention de gestion des animaux avec KINYINGO-EFFORT ;

             Suivre la formation sur les techniques d’élevage ;

             S’engager à élever les animaux suivant les conseils des encadreurs ;

             Être capable de donner (par vente à moitié prix) à un nouveau fermier un ou deux animaux au prorata des naissances ;

             Avoir un abri conforme avec enclos.

 

Dans ce cadre, l’élevage de vaches, chèvres, moutons, porcs, lapins, volaille va donner de l’émulation dans la zone pour l’élevage modernisé du bétail, pour la production et la consommation de la viande locale, et dans l’avenir pour la production du lait.

 

L’élevage constituera aussi une activité génératrice de revenus pour les paysans par la vente des animaux, particulièrement dans la ville de Kolwezi qui est un grand centre de consommation proche de Kanzenze. De plus, le présent projet sera d’une grande contribution aux mécanismes de réduction du chômage, particulièrement pour les jeunes. Plusieurs jeunes se trouvent désœuvrés parce que ne trouvant pas de secteurs prometteurs pour l’assurance de leur avenir. Face à cette situation plusieurs se lancent dans l’exploitation artisanale et illégale des minerais, dans la drogue et l’alcoolisme avec les conséquences qui leurs sont connexes.

 

Le projet va aussi contribuer à la sécurité alimentaire. L’élevage familial tel qu’il est pratiqué aujourd’hui dans la zone de Kanzenze ne garantit pas une sécurité alimentaire durable. Les animaux vivent en divagation au travers des villages, leur alimentation n’est pas contrôlée, le rendement en produits et sous-produits d’élevage est très faible. Les animaux en divagation ne sont pas soumis au contrôle et aux soins vétérinaires, elles sont exposées à des maladies au risque d’être des vecteurs de transmission des diverses maladies dans la population.

 

La pérennisation du présent projet est garantie par son appropriation par les bénéficiaires via leur implication dès la conception jusqu’à l’évaluation.